Les Mots Et Les Choses De La Vie...

Geneviève

(Des publicités apparaissent sur cette page... Désolée, je n'en suis pas responsable).
 
Vendredi 12 août 2011

Nous sommes déjà de retour...

Tony est rentré chez lui, bien fatigué et il va falloir compter quelques semaines afin que ses muscles retrouvent des forces.
Les globules blancs sont tout à fait normaux maintenant.
Ses globules rouges sont encore un peu bas, ce qui fait qu'il est très vite essoufflé.

Tony a été très fort moralement jusqu'ici malgré tout ce qu'il aura enduré mais il va devoir faire disparaître ce poison d'amertume que ce cancer lui a injecté depuis le début de sa maladie.

Il y aura bientôt un an que nous avons quitté la région parisienne et maintenant nous sommes géographiquement assez éloignés de notre fils, ce qui complique beaucoup les choses par rapport à cette grave maladie.

Il faut laisser du temps au temps...

Tony a besoin de se retrouver et pour le moment, la priorité est à sa guérison complète.
Cet automne, (entre deux visites à la Salpétrière), il pourra venir respirer l'air de la Charente Maritime durant quelques jours, si cela lui est possible.

Tony, nous t'aimons très fort  et nous t'attendons !

 

Je t'attraperais...
 
Petite étoile tu oscilles
Tu danses dans le noir obscur
Je te regarde et vacille
Je voudrais te rejoindre à toute allure

Petite lueur du bonheur tu scintilles
J'ai envie de te saisir du haut du mur
Fais-moi lumière et brille
Je t'attends oh sans armure...
Pour l'amour de ma famille

Geneviève

 
Samedi 10 septembre 2011

Tony a été réhospitalisé en secteur stérile depuis mercredi dernier ; il est à nouveau sous morphine.
Il souffre d'une infection pulmonaire, réaction cutanée et autres effets secondaires...
Des examens sont pratiqués.
Le greffon est arrivé au maximum de sa force, provoquant d'autres pathologies que nous redoutions.
C'est ce que l'on appelle "la réaction du greffon contre l'hôte".
Nous faisons confiance aux médecins.

Nous pourrons rejoindre Tony dans une semaine.
Je voudrais pouvoir être à ses côtés tous les jours, pour le soutenir moralement, l'entourer, mais pas si simple...
Jusqu'à aujourd'hui, j'ai essayé d'être une bonne mère, peut-être un peu trop fusionnelle avec mes fils.
J'ai toujours été présente quand ils avaient le plus besoin de moi. Et là, avec cette grande distance géographique, tout est compliqué ! 
Il m'est très insupportable d'être aussi loin de Tony qui souffre et se débat.
Je me sens inutile, nulle.
Mon corps intérieur va très mal, mon moral diminue, pas terrible !
J'ai un sentiment bizarre, de... Pas assez fait pour mon fils.
Je réalise que cette période est vraiment la plus cruelle de ma vie.
Tony, mon enfant chéri est tombé malade après notre départ de la région parisienne... Pourquoi ???
Mardi 13 septembre 2011

Avec une antibiothérapie appropriée, l'infection pulmonaire dont souffrait Tony ces jours-ci a l'air de se stopper.
Par contre, il a d'autres soucis dus à la force du greffon qui a réveillé un virus (un de ces virus endormis que nous avons tous en nous) et nous attendons les résultats sous 24 heures.
Aujourd'hui, il souffre de douleurs au ventre et est bien fatigué.
Que d'examens ils subit si courageusement mais son corps en a assez !
Nous savons que l'équipe médicale fait tout ce qui est nécessaire pour notre fils.
Demain sera peut-être un jour meilleur pour Tony...
Mercredi 14 septembre 2011

Tony se bat !
Hier l'endoscopie du côlon a été douloureuse et il n'est pas très en forme.
Le greffon a réveillé un autre virus au niveau urinaire et nous attendons les résultats de la biopsie des intestins etc...
A ce jour encore plusieurs semaines d'hospitalisation sont prévues.
Les médecins sont vigilants et cherchent, font ce qu'il y a de mieux pour notre fils chéri.
Aujourd'hui le docteur m'a très bien expliqué les choses.

C'est très long mais je suis sûre qu'on va y arriver mon Tony !
Quand tu seras guéri mon amour, tu viendras respirer le bon air de la Charente Maritime.
Notre future maison en construction sera un véritable nid douillet pour toi quand tu viendras nous retrouver ! 
Ton frère est à côté de moi pour te dire aussi qu'il t'aime.
Tu dois garder le moral mon petit Zébulon !
Lundi 26 septembre 2011

Retour en Charente Maritime après une semaine passée auprès de notre garçon, toujours hospitalisé en Unité Stérile à la Salpétrière...

Depuis plusieurs semaines, Tony vit au rythme de la douleur, il est exténué, son visage s'est creusé à force de souffrances.
Chacun notre tour, Serge, Eric et moi avons eu l'autorisation de rentrer dans la chambre de Tony, après avoir revêtu des pyjamas stériles.
Quel bonheur d'être enfin près de lui !
Notre Eric n'arrêtait pas de communiquer son affection à son frère.
Je devinais Serge, mon mari (éternel homme fier) qui ne laissait pas passer sa sensibilité mais tellement heureux de pouvoir quelque peu apaiser son fils qu'il aime.
Nous avons pu communiquer du positif et de l'amour à notre enfant chéri qui va guérir !

Après avoir franchi "la porte autorisée" Tony s'empressait de réclamer quelques bisous, me disant :
"Maman, tu sens bon, maman je t'aime".
Puis, me proposait de m'asseoir au bord du lit, me demandant de mettre ma main dans la sienne.
Entre deux douleurs, il aimait discuter et exprimer son amour pour nous (en même temps, Serge et Eric parlaient au micro, derrière l'épaisse paroi de verre, lui disant des paroles réconfortantes et douces) ; ainsi nous étions quand même ensemble, tous les quatre, en famille !

Sinon nous étions dans le sas, derrière cette vitre épaisse, remplis d'émotions pour notre fils qui souffrait.
Quand il avait trop mal, il ne pouvait plus nous parler ; alors nous reposions l'interphone sur la tablette, le temps du passage de la douleur...
Et là, complètement hébétés nous regardions notre fils grimacé, que nous entendions aussi crier, malgré l'épaisseur transparente qui nous séparait de lui...
Instinctivement, comme une caresse pour Tony, nous posions notre main sur la vitre.

La pneumonie paraît calmée, de même que ses problèmes intestinaux.
Il est tout groggy par les fortes doses de morphine qui ne soulagent pas vraiment les douleurs aigües qu'il a au niveau des voies urinaires et ses jambes sont énormes à cause des corticoïdes.
Toujours ce fameux BK VIRUS qui ne peut être exterminé rapidement car un traitement par médicaments serait toxique pour le greffon etc...
Les infirmières ont dû lui poser une sonde pour nettoyer sa vessie et faire sortir les caillots de sang qui la remplissent.
Il faut attendre encore quelques temps afin que ses urines soient redevenues normales.

Les infirmières sont très dévouées et admirables.
(Merci Marie-Charlotte pour votre attention particulière face à mon chagrin).
Que ferions-nous sans tous ces professionnels du médical ?
J'ai confiance en eux.

Reprendre la route fut très difficile ; j'avais l'impression d'abandonner, de négliger mon fils !
C'est insupportable de voir souffrir son enfant ainsi et surtout, je veux qu'il garde le moral,
qu'il sache qu'il n'y a pas un jour où nous ne pensons pas à lui.

C'est seule que je repars bientôt par le TGV, rejoindre mon Tony.
Serge et Eric me retrouveront plus tard dans le petit studio de location de Bessancourt.

 
Aujourd'hui, le soleil brille au-dessus de la Charente Maritime et l'air est doux.
Mais je n'ai qu'une pensée en tête, "Rejoindre mon fils" !

La Force De Vivre Est Dans Chacun De Nous...
 
 



Créer un site
Créer un site