Les Mots Et Les Choses De La Vie...

Geneviève

(Des publicités apparaissent sur cette page... Désolée, je n'en suis pas responsable).
 



Le temps passe, rien ne s’efface…
 
Toi, le passager du passé,
Celui qui fait l’histoire,
Dans nos pensées tu demeures,
Tu  nous donnes rêve et espoir.
 
En arrière, notre esprit s’évade…
Tu nous laisses rentrer dans ton espace,
Dans lequel nous retrouvons nos traces,
Celles qui nous appartiennent, nos empreintes…
 
Tu nous renvoies dans l’inoubliable,
Où chaque chose est restée à sa place.
Comme un film, tu défiles dans notre tête.
Nous y voyons des épisodes,
Des images aux parfums d’antan !
 
Dans ta mémoire,
Nous prélevons quelques portions de notre passé
Puis nous repartons dans ce moment présent…
Grâce à toi,  nous continuons d’avancer !
 
Vers toi, nous nous retournons,
Tu es notre guide, tu nous donnes l’expérience.
Ton savoir nous permet de corriger nos erreurs
Mais aussi de savoir mieux apprécier, savoir aimer…
 
L’accompli n’est jamais complètement révolu…
Rien n’est un abandon mais un pas de plus pour après !
 
Geneviève 


Maman, Je Sais…

Il y a des lieux que l’on surnomme quelquefois
 « L’autre Bout De La Terre ».

C’est à cet endroit exact,
Depuis la fenêtre de sa chambre,
Installée  profondément dans son fauteuil,
Qu’une vieille femme encore très belle mais fragile,
Regardait au loin, dans le vague.
 
Elle se rappela la vie, sa famille,
Celui qu’elle aima si fort qui devint son époux,

La naissance de ses petits.
L'enfant qui tète,
Les premiers gazouillis, les éclats de rire,
Les petits pieds qui gigotent dans le berceau
Et le temps qui passa si vite…

 
Des larmes se mirent à couler le long de ses joues,
Sur ce visage très amaigri, au regard creusé par la fatigue.
Devant elle, apparurent des images d’amour, de tendresse, de bonheur,
Tel un livre dont on tourne chaque page avec délicatesse mais avec tant de plaisir !
 
Elle n’entendit plus les bruits de l’environnement dans lequel elle se trouvait.
Plongée dans ce qui n’appartenait qu’à elle seule,
La contemplation de ce qui lui était le plus cher,
Ceux qu’elle aimait, des trésors précieux.

 
L’émotion envahit tout son corps.
 
Les rêveries de cette petite mère si respectable et attendrissante,
Sont remplies de noblesse, de fraicheur, de sincérité.

Qu’elles aillent jusqu’aux âmes concernées par cette magnificence
Que cette personne préserve avec tellement d’humilité !
 
La peau d’une maman est semblable à celle d’un nouveau-né
Car elle est aussi douce qu’une caresse.
Maintenant, juste un peu…
Mets la main de ta mère dans la tienne,
 
La flamme est plus faible chaque jour un peu plus…
La plus belle des bougies va s’éteindre un jour à jamais.
Après…  C’est fini…
Il est trop tard…


Geneviève

Ce texte est dédié 
A Tony, mon fils aîné...

Pour lui…
 
Plongé dans un profond sommeil,
Il se réveilla soudain…
 
L’atmosphère était brûlante, une chaleur torride autour de lui.
Dans l’enfer il était.
 
D’immenses flammes l’entouraient.
Prisonnier de ce brasier infernal,
Il crut que c’était la fin.
 
Pourtant, il se savait immortel…
 
En furie, il arracha les couvertures de son lit.
Avec, il se recouvrit tout entier.
 
Dans l’horreur il entra,
Pour franchir ce mur cuisant, horrifiant.
 
Pas le temps de réfléchir !
Il s’agissait de passer rapidement ce gigantesque étang de feu,
Il le fit !
 
Il avait traversé la mort et là, maintenant, c’était la vie !
Il ne se retourna pas,
Il avait combattu et vaincu le monstre.
 
Il ne souffrit pas des brûlures…
Dans les flammes, il avait vieilli.
Il sut définitivement ce que voulait dire :
Vivre, Respirer, Savoir Aimer.
 
Le bien-être...
Comme il savait l’expliquer, le faire exister,
Et...
Surtout l'apprécier !

C’était un plaisir de l’écouter, de l’entendre parler d’amour…
Chacune de ses phrases ressemblait à une poésie.
 
Croire en soi, Au beau temps, A l’amour !
  
Geneviève 

 
 



Créer un site
Créer un site